Chirurgie esthétique : comment la rhinoplastie fait le bonheur des Iraniennes

Quand envisager le remplacement des implants mammaires ?
3 octobre 2018
Lipofilling et chirurgie esthétique : les vertus cachées de la graisse
9 octobre 2018

Quand on vit dans une république islamique aussi inflexible sur la question religieuse, la liste des interdictions risque d’être interminable. Pourtant, la chirurgie plastique n’est pas prohibée en Iran. Au grand bonheur des dames persanes, plus que jamais avides d’interventions esthétiques.

En Iran, les rhinoplasties se taillent la part du lion !

L’Iran est classé au 4ème rang mondial en nombre de rhinoplasties pratiquées. Selon les chiffres officiels, près de 50.000 chirurgies esthétiques du nez y sont effectuées chaque année. En réalité, le nombre est cinq à six fois plus élevé, puisque les interventions effectuées par des praticiens non homologués ne sont pas recensées. Le pays des mollahs est même le leader mondial du nombre de rhinoplasties par habitant.

le nez refait est symbole de noblesse en Iran

Pourquoi la chirurgie esthétique du nez est si populaire en Iran ?

Le port du voile intégral, obligatoire dans ce pays asiatique, fait que l’on accorde au visage une importance exagérée. Puisqu’il s’agit de la seule zone du corps visible dans les espaces publics, le visage focalise toute l’attention et le moindre défaut risque de susciter des complexes.

D’autre part, le régime des mollahs, craignant pour sa stabilité, encourage très peu les activités sociales. De ce fait, les jeunes se tournent vers les réseaux sociaux, subissant l’influence des stars qui exhibent à souhait leurs silhouette parfaite. Surtout, les Iraniennes suivent beaucoup les séries TV turques et sud-américaines où les actrices “refaites” véhiculent un idéal de beauté à l’occidentale. De plus, ces chaines étrangères diffusent régulièrement des spots publicitaires vantant les vertus de la chirurgie esthétique.

Chirurgie et soins esthétiques : les hommes s’y mettent aussi

Aussi surprenant que cela puisse paraître, la gent masculine en Iran est également férue de traitements à visée esthétique. Les hommes représentent aujourd’hui 30% de la patientèle et sollicitent souvent une rhinoplastie. Par ailleurs, les traitements médicaux à visée esthétique sont monnaie courante ; les plus fréquents sont les injections de botox et l’épilation des sourcils au laser.

Chirurgie esthétique du nez : une addiction généralisée aux conséquences fâcheuses

Jouissant d’une excellente réputation internationale, la plupart des chirurgiens esthétiques iraniens ont choisi l’exil et monnaient leurs services dans les meilleurs établissements médicaux du monde. Revers de la médaille, le nombre de plasticiens opérant en Iran ne suffit plus à endiguer la demande croissante des patients… de quoi alimenter un circuit parallèle très lucratif. En effet, de nombreux médecins non spécialistes se sont engouffrés dans la brèche en se reconvertissant à la chirurgie esthétique. Rien qu’à Téhéran, on estime qu’il existe 7000 praticiens sans licence qui effectuent régulièrement des rhinoplasties, avec les conséquences désastreuses qu’on connait.

En Iran, le nez refait est un indicateur de statut social

La société iranienne étant très conservatrice, beaucoup d’enfants iraniens traînent des troubles psychologiques à mesure qu’ils grandissent. Ils conçoivent, à tort, la chirurgie esthétique comme un remède à leur faible estime de soi et un facteur d’intégration et de réussite sociale. D’autres choisissent de faire une rhinoplastie simplement par conformisme ou dans le but de trouver rapidement un mari. Par ailleurs, celles qui envisagent une rhinoplastie en Iran doivent consentir à un effort financier conséquent… faisant du nez retouché un symbole de prospérité et de réussite sociale. D’ailleurs, plusieurs femmes n’hésitent pas à porter des pansements superflus et du faux plâtre sur le nez pour impressionner leur entourage.

 

L’engouement pour la rhinoplastie en Iran est un sujet clivant. Tandis que certains dénoncent une obsession maladive, d’autres y voient une tentative d’émancipation pour ces femmes iraniennes, une façon d’affirmer la beauté qu’elles doivent cacher sous les plis du tchador. Le débat reste ouvert !