georgina et sa fille
Chirurgie esthétique : telle mère, telle fille !
24 juillet 2016
implant pectoraux
Pose des implants de pectoraux
8 septembre 2016

Corriger, remodeler, lisser, donner une meilleur apparence aux formes du visage…Tout ceci est désormais possible grâce à des techniques plus ou moins compliquées de la chirurgie esthétique. Le recours au bistouri pour une meilleure apparence se fait de plus en plus fréquent. Zoom sur une pratique qui fait le bonheur de beaucoup de dames et en déçoit quelques autres.

Etre encore plus belle que l’on est ou le rester le plus longtemps possible, voila un rêve que caressent toutes les femmes et que la chirurgie esthétique, érigée en miracle de la médecine, rend réalisable.
Favorisé d’un coté par la propagation du culte de l’apparence et de l’autre par tentatives des praticiens de démocratiser cette pratique d’embellissement et de rajeunissement, la chirurgie esthétique connaît un essor certain dans notre pays. Elle n’est plus l’apanage des célébrités ou des plus riches et ne constitue plus un tabou qu’on tait. « Je pense que c’est lié à un fait de société actuelle, vu l’importance qui est de plus en plus accordée à l’apparence. On assiste à une idéalisation physique surtout chez les femmes.

C’est une véritable pression exercée sur les individus, qui fait qu’on retrouve, du coup, ce phénomène nouveau qu’est la chirurgie esthétique tardive. La preuve en est les modèles féminins qui se dégagent au niveau des médias et qui sont toujours des modèles qui ont une apparence parfaite. Affirme Dr Dupont, psychologue.

En effet, a voir toutes les transformations que ces faiseurs de miracles opèrent sur le corps divins des starlettes et ceux décaties des articles déchues, n’importe qu’elle femme nourrit le fantasme d’obtenir le même résultat. Les images de ces mêmes vendeuses de rêve en avant et après les interventions réconfortent ces souhaits et leur donnent davantage de crédibilité.

Appelés à la rescousse, les chirurgiens plasticiens, armés de leurs bistouris déclarent la guerre au temps et font un pied de nez à ses ravages.

Les traces qu’il occasionne ne sont plus irréversibles et encore moins une fatalité. Que ne donneraient ces femmes pour tromper les marques du temps ?