Home / Philosophie
20 mai, 2016

Philosophie

La nouvelle chirurgie esthétique est née, elle s’articule autour de trois mots :

  • l’excellence.
  • la reproductibilité.
  • l’atraumatisme.

En consultant un chirurgien esthétique vous devriez vous posez plusieurs questions en ce qui concerne son paraître. Si on croit en ce que l’on fait on se l’impose et on le vend sinon on change de métier sous peine de passer pour un escroc. Posez vous ces questions :

  • un chirurgien qui prétend corriger une calvitie doit il être chauve ?
  • pourquoi vouloir rectifier un nez si le sien est disgracieux ?
  • une femme chirurgien empâtée doit elle proposer des liposuccions
  • les exemples ne manquent pas se respecter s’est respecter l’autre.

Avoir un visage jeune quand on a 50 ans c’est possible avec de simples moyens alors pourquoi un chirurgien qui croit en se qu’il fait ne se l’imposerait il pas ?

Une conclusion s’impose après plus de 15 ans de pratique je pense que si tout le monde ne naît pas beau (la beauté est avant tout l’harmonie), il est possible avec les moyens actuels de corriger nombre de disgrâces sans risques alors pourquoi ceux qui essayent d’en être les pourvoyeurs ne se les imposent-ils pas ?

La réponse est simple : ils ne croient pas à se qu’ils font.

Les solutions de la chirurgie esthétique

Beaucoup de procédés ont été décrit et nombre de publications ont nourri les revues scientifiques, cela a été nécessaire pour évoluer mais il faut reconnaître que nombre de contre vérités ont été écrite.

Actuellement sous la double pression de l’exigence de la clientèle et de l’évolution technique et conceptuelle les techniques ont fait un bond en avant et malheureusement peu de chirurgiens esthétiques sont à même de proposer les nouveaux concepts qui passent par l’utilisation de caméras, de produits chimiques performants sur la peau et de systèmes de suspensions qui sont la base du renouveau et de la simplification de la chirurgie esthétique.

Pour essayer d’expliquer la chirurgie esthétique ancienne, celle-ci était basée sur les décollements, donc sur la dévascularisation des tissus et donc de leur perte de tonicité, de vitalité .Le geste était négatif au bout du compte créant de la cicatrice ,de dégâts avec un bénéfice à moyen terme très faible.
Pour traiter,la compréhension est indispensable, il faut réfléchir pourquoi on vieillit pourquoi un sein s’écroule, pourquoi un ventre qui a pris du volume peut être réparé de façon efficace et définitive.
Beaucoup de solutions existent et maintenant avec un risque opératoire qui peut devenir très faible :

  • rajeunir le visage et pour longtemps avec un lifting endoscopique et suspension c’est possible, efficace, bluffant.
  • augmenter le volume des seins sans que ceux-ci paraissent ronds, non naturels avec une forme anatomiques sans cicatrices visibles c’est possible.
  • diminuer les seins avec une forme naturelle sans que les seins ne regardent vers le haut, qui puissent continuer à allaiter et à être sensibles c’est possible.
  • avoir un ventre complètement plat dégraissé, sans cicatrice visible et élargies c’est possible.
  • reconstituer une chevelure sans aspect de cheveux de poupées et clairsemés c’est possible.
  • avoir un joli nez sans que cela ne soit un parcours du combattant c’est possible.
  • remodeler un corps avec une liposuccion éventuellement associée à une chirurgie de modelage dont les indications auront été bien pensées et discutées c’est possible; etc….

La chirurgie plastique esthétique et réparatrice a certainement connu des évolutions considérables, mais cette évolution ne doit pas freiner le chirurgien à chercher la perfection et à pousser le résultat à l’optimalité.