Accueil / De quoi est composé un implant mammaire ?

De quoi est composé un implant mammaire ?

Les prothèses mammaires sont, sans doute, le meilleur moyen pour garantir une augmentation des seins satisfaisante et durable. Ceci explique la forte demande sur cette technique de la part des femmes qui désirent un élargissement de poitrine de 2 bonnets ou plus.

Se faire poser des prothèses mammaires est une décision à faire en toute connaissance de cause, et avoir une idée claire sur les composantes d’un implant mammaire demeure une information majeure. Dans cette page nous vous exposons les différentes constituantes des prothèses du seins.

composition implant mammaire

L’enveloppe d’un implant mammaire

L’enveloppe des implants mammaires est toujours constituée par un élastomère de silicone, sans risque pour la santé. Sa surface extérieure peut être lisse (et transparente) ou texturée (plutôt rugueuse et opaque).

La surface des implants ronds peut être lisse ou texturée, mais celle des implants anatomiques est toujours texturée, sa rugosité limitant le risque de rotation.

Les prothèses mammaires à enveloppe lisse donnent des seins plus souples et plus mobiles mais se déplaçant anormalement et provoquant des réactions d’intolérance (coques), notamment lorsqu’elles sont placées en position rétro-glandulaire.

Les implants à enveloppe texturée seraient mieux tolérés mais peuvent réduire le mouvement et la souplesse des seins.

Le contenu des implants

Le sérum physiologique

Le sérum physiologique contenu dans les implants mammaires est une solution de chlorure de sodium (eau salée) de même concentration que celle du corps humain.

Avantages :

Il ne nuit pas à l’organisme en cas de rupture de l’enveloppe de l’implant, étant absorbé et éliminé de façon naturelle.

Inconvénients :

  • Une consistance manquant de naturel lors de la palpation des seins
  • Un dégonflement progressif qui, même modéré, aboutit souvent après 5 à 10 ans à un aspect de « vagues » à la surface des seins et une consistance de moins en moins naturelle
  • Le dégonflement brutal en cas de rupture de l’enveloppe ou d’ouverture de la valve ayant permis de remplir l’implant, et aboutissant à son remplacement rapide.
  • Les demandes de prothèses mammaires en sérum physiologique sont devenues exceptionnelles.

Le gel de silicone

L’augmentation mammaire par prothèse en gel de silicone est autorisée à nouveau en France depuis janvier 2001.

Les implants mammaires de dernière génération, pré-remplis de gel de silicone cohésive, répondent de façon très rassurante et en majorité aux demandes d’augmentation mammaire.

Avantages :

  • Le résultat le plus esthétique et le plus harmonieux
  • Un toucher très naturel et agréable, grâce à leur enveloppe de silicone
  • Un aspect de « vagues » moins fréquent et moins important
  • Pas de risque d’épanchement dans l’organisme ni de changement d’implants tous les 10 ans
  • Pas de changement dans le volume des siens, en cas de rupture
  • Aucun risque d’affection maligne ou de maladies auto-immunes

Inconvénients :

  • La poitrine ne bouge pas aussi normalement qu’avec d’autres gels.
  • Une rupture de l’implant peut passer inaperçue pendant un certain temps car le volume du sein ne change pas.
  • En cas de rupture, le gel de silicone peut être très irritant pour le sein et difficile à retirer.
  • Il est donc nécessaire d’assurer un contrôle régulier des implants par l’intermédiaire de votre chirurgien.

L’acide hyaluronique

Suite à la problématique des prothèses mammaires fabriquées par le laboratoire « Poly Implant Prothèse » (PIP), les injections d’acide hyaluronique, lancées dans les années 2000, sont interdites dans les seins depuis septembre 2011.

Le chirurgien doit apporter des éléments de réponses aux patients sur la composition des implants dès la période de préparation pour une augmentation mammaire.